Conseils
   

Abordez l'entretien d'embauche comme une réunion de travail, dans un état d'esprit ouvert au dialogue, réunion au cours de laquelle vous allez pouvoir estimer avec votre interlocuteur, votre réciprocité d'attentes.

L'entretien d'embauche ; à bonne question, bonne réponse.

Votre CV a retenu l'attention d'un recruteur et vous décrochez enfin l'entretien tant attendu.
Bien s'y préparer dépend pour une bonne part, du travail que vous aurez entrepris nécessairement en amont, afin de maîtriser le processus de recrutement.

Nous vous invitons à (re)visiter les étapes préalables à l'entretien, principalement :

•  Bilan et coaching
•  Projet professionnel
•  Recherche emploi marketing elementaire
•  Réseau et recherche d'emploi
•  CV et lettre
•  Candidature clé de l'entretien d'embauche
•  Evaluer proposition embauche

Si l'objectif d'une candidature est de décrocher un entretien, l'objectif de l'entretien vise quant à lui, à vérifier l'adéquation entre la réalité du besoin émis par l'entreprise et votre profil.

L'entretien d'embauche ; une réunion de travail.

La note psychologique est importante, et aborder l'entretien dans l'optique de convergence et non de situation examinatoire vous remet dans une posture d'acteur et non pas d'exécutant et favorise de plus, l'empathie dans l'échange.

Aussi devez-vous avant tout aborder l'entretien d'embauche comme une réunion de travail, dans un état d'esprit ouvert au dialogue, réunion au cours de laquelle vous allez pouvoir estimer avec votre interlocuteur, votre réciprocité d'attentes.

En effet, avant l'entretien, vous ne pouvez être totalement sûr que ce poste est bien fait pour vous. Et le recruteur a, lui-aussi, tout intérêt à recruter le bon candidat ; recherchant un professionnel avisé, il appréciera notamment la pertinence de vos questions.

Des questions sur soi-même …
Au regard des informations que vous aurez recueillies sur l'entreprise préalablement à l'envoi de votre candidature, listez les questions dont les réponses vous permettront à priori d'une part, de mesurer l'adéquation du poste, de l'entreprise et du contexte de travail avec vos priorités, et d'autre part, de mieux vous parer à celles du recruteur. Quelle valeur ajoutée recherchez-vous ? Quel sens donnez-vous à votre travail ? Quels types d'entreprise et d'environnement de travail recherchez-vous ? Comment voulez-vous travailler et avec qui ? Quels sont les principaux champs de compétences et intérêts qui doivent composer votre activité ? (techniques, manageriales, financières … intérêt intellectuel, relationnel, de services …), Qu'est-ce que le challenge pour vous ? Quelle priorité accordez-vous à la nature d'activité du poste, à la rémunération, au domaine, à la position économique et/ou géographique de l'entreprise, à sa dimension … ?

Autant de questions sur vos aspirations, qui vous permettront d'avoir clairement en tête une grille d'analyse de la proposition, d'exprimer d'autant mieux votre motivation, et de retenir l'essentiel sur l'entreprise visée (effectifs, CA, position sur le marché, activités, dimension des projets, concurrence, principaux points historiques, les valeurs et la politique RH, le mode managerial …).

… et sur le poste et l'entreprise.
Préparer les questions judicieuses à poser au recruteur.

A éviter !
Les questions sur les RTT, politique de temps de travail… Et dans un premier temps, ne parlez pas non plus d'avantages et de rémunération, attendez que votre interlocuteur l'évoque, par

contre soyez-y préparé.
Les prétentions démesurées en termes salariaux ou en termes d'évolution sont à proscrire.

Préservez un degré d'humilité.

Quelques exemples de questions à poser :

Sur le domaine d'activité et l'entreprise :
Votre entreprise appartient-elle à un groupe et lequel ?
Si groupe : quelles sont ses filiales et leurs activités ?
Quels sont les activités et champs d'intervention ?
Quels en sont les acteurs ?
Quels sont ses principaux types de fournisseurs et clients ?
A t-elle une activité à l'international et laquelle ?
Quels en sont les principaux attraits, particularités … ?
Quelle est l'évolution du domaine par rapport aux besoins du marché ? …

Sur la fonction :
Quels sont ses principales missions et champs d'intervention ?
Quels sont les principaux attraits de cette profession ?
Quelles sont les responsabilités en termes de management d'équipe, de projets, de chantiers … ?
Quelles en sont les difficultés, les challenges ?
De quelle marge de manœuvre et de quels moyens dispose t-on ?
Quelles sont les innovations techniques et technologiques ?
Comment se coordonne t-on aux autres services ?
Quelles mobilité et disponibilité sont demandées ?

et éventuellement sur l'aspect « Ressources Humaines »
Quelle est la politique de gestion des compétences et de formation ?
Y-a t-il des séminaires internes de communication ?

Votre culture peut faire la différence.

Ne vous cantonnez pas aux seules informations sur l'entreprise et son domaine mais élargissez toujours, en vous tenant au fait de l'actualité professionnelle, économique et de société. Votre culture générale peut faire la différence auprès d'un recruteur qui sera sensible à votre réflexion portant sur un sujet tout à fait inattendu et qu'il aura eu plaisir d'évoquer avec vous.
Valorisez également vos atouts (voir bilan) , c'est à dire ce que vous pouvez apporter à l'entreprise au regard du poste et du domaine ; compétences, qualités, aptitudes, vécu d'expérience, difficultés surmontées et enseignements retirés …

Les différents modes d'entretien,
et les tests.

Renseignez-vous sur les modalités de l'entretien : est-il individuel, collectif, en évaluation de travail de groupe ? Qui allez-vous rencontrer ? Un responsable RH, un psychologue, un opérationnel ? Successivement ou ensemble ?
Préparez-vous aux questions du recruteur. Suivant qu'il s'agit d'un responsable RH ou d'un opérationnel, le registre des questions différera pour partie.
Une personne des Ressources Humaines sera plus encline à obtenir de votre part des réponses d'ordre subjectif, sur vos qualités intrinsèques, votre motivation, votre approche et conception du travail, votre orientation mentale et affective, vos aptitudes à gérer le stress, les relations … tout ce qui peut l'aider à cerner en fait votre profil psychologique afin d'en estimer son degré d'adaptabilité à l'entreprise.
Un opérationnel cherchera plus à se renseigner d'un point de vue objectif quant à lui, sur l'authenticité de vos compétences et de vos connaissances, à vérifier que vos méthodes de travail et votre orientation relationnelle soient en accord avec celles de l'équipe.

Suivant que l'on est junior ou sénior , certaines questions test qui servent à déstabiliser quelque peu le candidat peuvent être un recours assez souvent utilisé par les RH. Ne vous démontez pas ; ces questions n'ont souvent d'autre but que de mesurer votre type de réaction et votre applomb.

Voir :
•  Juniors une question de potentiel
•  Seniors les avantages
pour savoir répondre aux principales objections.

Préparez-vous aux tests de raisonnement logique et tests psychotechniques ; beaucoup d'ouvrages permettent de s'y rôder.

Visualisez les différents scénarios possibles des phases de l'entretien afin de vous préparer à toutes les éventualités mais sans chercher à fixer les choses car vous devez aussi rester ouvert à l'imprévisible.

Faites-vous confiance ; si vous vous êtes suffisamment préparé, la solidité de votre projet, la connaissance de vos atouts, la pertinence de vos questions, constituent l'appui technique sur lequel vous devez vous reposer afin de vous adapter aux situations les plus variées.

La réussite, une question d'écoute et de simplicité naturelle.
Une bonne part de la réussite dans un entretien provient de la disponibilité d'écoute et de la capacité de rebondir aux questions qui en découlent. Soyez vous-même!

Ne cherchez pas à adopter un comportement surfait qui collerait (selon vous seulement) aux exigences du poste et qui risquerait de vous discréditer. Ce qui n'est pas naturel se repère instantanément et est vraiment rédhibitoire aux yeux d'un recruteur.

Si vous êtes émotif, anxieux, et que vous en présentez tous les signes extérieurs, dites dans ce cas que vous vous sentez un peu tendu car il est préférable de s'en ouvrir, ce qui aura pour intérêt de démontrer votre franchise et l'importance que vous accordez à cet entretien.
De plus, évoquer un problème non verbal, qu'il soit affectif (un stress dû à l'enjeu), ou physique (tic comportemental ou verbal) a pour vertu de désamorcer la chose car le recruteur sera rassuré de pouvoir l'identifier, de la relativiser, et même de l'oublier par rapport au professionnalisme dont vous saurez faire preuve par ailleurs. Ce problème écarté, vous pourrez du même coup, vous détendre et par conséquent diminuer largement ces manifestations indésirables.

En groupe (assesment), il s'agit le plus souvent de participer à une étude de cas afin de résoudre un problème. Les observateurs évaluent la dynamique de groupe et la capacité de communication de chacun, leur intelligence émotionnelle, leur aptitude à trouver rapidement leur place dans l'équipe, leur affirmation de soi, leur capacité d'écoute, leur sens de l'initiative, du management, leur force de résolution …

Conseils : oubliez les observateurs, soyez participatif tout en prenant du recul pour vous-même, observer, repérer le rôle de chacun, afin de choisir judicieusement vos moments d'intervention et ce que vous allez dire.

Et surtout, n'essayez pas de vous survaloriser, de vous démarquer artificiellement pour vous faire remarquer à tout crin ; soyez ouvert tout en étant critique, posé et réfléchi tout en étant communiquant.

Les questions les plus fréquemment posées par les recruteurs peuvent être :

"Parlez-moi de vous ?"
Votre interlocuteur tente de tester votre esprit de synthèse et de mieux connaître ce qui vous guide dans votre parcours.
Pour vous y préparer, reprenez votre CV et cherchez à dégager le fil conducteur et la logique qui vous ont mené d'une formation à une autre, d'un poste à un autre. Cette logique doit démontrer que vous avez su bien diriger votre barque, démontrer votre capacité à faire des choix et à être réellement acteur de votre vie professionnelle sans avoir eu à la subir.

« Pourquoi avez-vous répondu à l'annonce ? »
Estime votre degré de motivation et votre projet. Expliquez en quoi les éléments essentiels qui ont retenu votre attention correspondent à votre motivation, vos affinités, et quelle valeur ajoutée représente ce poste.

« En quoi conviendriez-vous au poste ?» ou
 « Que pouvez-vous nous apporter ? »

Mesure votre connaissance des exigences du poste et votre votre sens de la collaboration. Citez des aptitudes adéquates, des expériences, une méthodologie de travail, une complémentarité de formation… soyez concret mais pas seulement technique.

«  Quels sont vos qualités et vos défauts ? »
Teste votre connaissance de vous-même, votre réactivité. Donnez de réels exemples qui soient en adéquation avec le pré-requis du poste. En général, c'est le choix des défauts qui est le plus délicat. Citez des travers qui sont en quelque sorte des qualités poussées à l'extrême comme par exemple : « accapareur » pour quelqu'un qui doit stimuler et négocier, « pointilleux » pour qui doit être méticuleux et rigoureux, « critique » pour qui doit analyser, « curieux » pour qui doit innover, « impatient » pour qui doit développer et dynamiser, « revanchard » pour qui doit être persévérant et savoir faire aboutir les projets longs et difficiles … et montrez comment vous savez les gérer ! c'est cela qui est intéressant !

«Quelle expérience vous a le plus marqué ?» Fait ressortir votre sensibilité (relationnelle, scientifique, active…) vos priorités professionnelles, et l'authenticité d'un vécu. Ne soyez pas scolaire en vous contentant de citer une expérience du CV, mais choisissez un événement combinant richesse d'expériences humaine, technique et contextuelle, d'objectif atteint.

«Pourquoi voulez-vous changer de société ?» Mesure votre aptitude à vous remettre en question. Evitez de critiquer l'employeur précédent ! Parlez plutôt de nouvelle valeur ajoutée recherchée correspondant davantage à vos aspirations personnelles, et qui soit naturellement en accord avec le poste proposé. Dites qu'il est important pour vous d'exercer dans un autre univers de société, afin de diversifier votre adaptation même si l'on vous proposait une évolution intéressante dans la précédente ou l'actuelle.

«Avez-vous contacté d'autres entreprises ?»
Evalue votre honnêteté. Dites oui et précisez que vous avez obtenu d'autres entretiens ; si l'on vous demande combien ne dites pas plus de 2 ou 3 par semaine, plus pourrait signifier que vous ne ciblez pas et que vous planifiez mal en vous laissant débordé.

«Pourquoi cherchez-vous du travail depuis si longtemps ?»
Cherche à savoir comment vous mettez à profit une longue période d'inactivité. Répondez que vous n'êtes pas inactif car chercher un emploi est un job à temps plein qui fait développer des réflexes professionnels importants, que vous n'acceptez pas n'importe quel poste ou que vous souhaitiez compléter votre formation, notamment en langue(s).

«N'êtes-vous pas trop jeune/trop vieux, trop/pas assez expérimenté pour ce poste ?»
Cherche à vous faire douter et sert à quantifier votre goût de l'effort et votre discernement face au choix du poste. Dans le cas du junior, rappelez qu'un poste pour lequel on serait totalement opérationnel n'aurait pas d'intérêt car il ne présenterait pas de valeur ajoutée ou de défi suffisamment motivant pour s'y investir. Dans le cas du sénior, faites remarquer que vous avez jusque là et encore aujourd'hui démontré votre capacité de renouvellement et que ce poste en constitue la continuité, où qu'il présente une réelle complémentarité d'expérience pour laquelle vous pouvez être de précieux conseils pour les autres.

«Qu'avez-vous retenu d'essentiel de votre précédente expérience ? »
Attention piège ! Teste votre cohérence avec « Que pouvez-vous nous apporter ? Si vous quittez un contexte négatif, il faut pouvoir parler des aptitudes et qualités que vous avez pu y développer, de l'enseignement que vous avez su tirer des difficultés et erreurs surmontées.

«Que souhaitez-vous trouver dans ce poste que vous n'aviez pas avant ? »
Attention ! Egalement piège ! Teste votre cohérence avec la précédente.
Répondez que vous recherchez un plus de responsabilité et d'autonomie dans les domaines que vous avez justement appréciés et que vous souhaitez approfondir, pour éviter d'avouer ce qui vous a totalement fait défaut par exemple, et risque de discréditer votre précédente expérience.

«Quels ont été vos échecs ? »
Estime votre sincérité. Tout le monde en connaît ; ce qui est intéressant c'est de savoir en faire une source de progrès.

«Quels sont les obstacles que vous avez rencontrés durant votre parcours ? »
Parlez d'obstacles inhérents à vos missions, contextuels (sociaux, culturels, naturels …) et comment vous les avez gérés.

« Qu'est-ce qui vous intéresse le plus et le moins dans le poste proposé ?
citez 3 aspects les plus motivants et choisissez-en 1 ou 2 négatifs qui soient les plus accessoires possibles.

« Comment dirigez-vous une équipe ? »
Vérifie l'adaptation de votre style de management. Apportez des exemples d'expériences réussies pour lesquelles vous avez obtenu des résultats positifs de fédération et de motivation de votre équipe, et comment vous avez pu être apprécié. Parlez plutôt de votre sens du leadership que d'autorité.

«Quelle stratégie de développement adopteriez-vous pour ce poste ? »
Renvoie à votre mode d'intégration et à votre sens de la participation. Montrez tout à la fois votre ambition et votre patience en citant les étapes d'appréhension du poste, de réussite de la mission confiée et de perspective de développement par la maîtrise du poste et la participation aux objectifs de l'entreprise.

« Comment souhaitez-vous évoluer ? »
N
e soyez pas trop présomptueux, indiquez l'orientation, manageriale, financière, technique que vous envisagez et l'évolution de votre niveau de responsabilité soit en importance de projet et/ou service/équipe/entité …

« Vous auriez à recruter vos collaborateurs, que rechercheriez-vous chez eux ? »
Restez généraliste, à commencer par les compétences techniques attendues, puis par les qualités nécessaires au travail de groupe, entregent, initiative, participatif, souplesse …

« Donnez-moi votre définition du poste ? »
Vérifie que vous êtes sur la même longueur d'onde. Définissez clairement les champs de compétences, les actions, les objectifs et les intersections avec les autres collaborateurs et services, notamment la collaboration avec votre hiérarchie.

« comment recevez-vous les ordres ? »
« quels sont vos rapports avec la hiérarchie ? »
Indiquez que vous considérez un ordre comme allant de soi et votre rapport avec votre N+1 (plutôt que hiérarchique supérieur) sous l'angle d'une étroite collaboration qui va dans le même sens, d'un travail d'équipe.
Et si vous avez à répondre à « même si cet ordre vous paraît incohérent ? » Répondez que si cet ordre vous apparaissait en contradiction avec l'objectif, votre sens critique et votre conscience professionnelle vous pousserait à vous en ouvrir à votre N+1 afin de chercher à comprendre ce qui l'aurait motivé plutôt que de ne rien dire et le critiquer sans savoir.

« Comment recevez-vous les remarques ? »
Attention ! Vérifie la véracité de vos dires concernant la relation hiérarchique !
Indiquez que vous avez pour principe, la remise en question, et par conséquent, de recevoir la critique comme opportunité de progresser, et non pas comme une atteinte personnelle.

« Quels sont vos hobbies ? »
•  voir Reseau et hobbies
N'en énumérez pas trop, 2 ou 3 parmi ceux qui montrent de l'initiative, une implication sociale (association), un esprit d'équipe (sports collectifs, formation musicale …), la communication et l'ouverture (club philo, de lecture …) votre culture et votre sensibilité (expos et/ou pratique des arts, intérêt pour les arts, sciences, histoire …), l'endurance et l'observation de l'environnement, (randonnées, nature …).

« Que lisez-vous ? »
Outre vos lectures de chevet ou de détente, sachez citer les références de revues liée aux domaines d'activité qui vous occupent, et de presse générale nécessaire à votre culture.

« Quelles sont vos prétentions ? »
N'abordez pas d'emblée le sujet de la rémunération sans que l'on vous y ait invité. Proposez une fourchette.
Renseignez-vous toujours au préalable sur les moyennes de salaires en fonction des classements des écoles, des enquêtes salariales que vous retrouverez tant dans la presse que sur internet (Le Moniteur, Capital, l'Etudiant, l'Usine Nouvelle …)

« Quel intérêt aurais-je à vous embaucher ? »
Attention ! On vous pousse dans vos retranchements, on test votre endurance au stress de l'entretien et votre esprit de synthèse.
Reprenez les 3 points d'adéquation qui font que vous avez répondu à l'annonce et ce que vous pouvez apporter à l'équipe, ainsi que votre motivation, élément essentiel qui va conditionner positivement votre engagement au sein de l'organisation.

Quant à la question politiquement incorrecte et illicite,
demandez quel rapport existe avec la problématique professionnelle qui vous occupe … manière de renvoyer la balle à l'envoyeur qui passera à autre chose.

Valérie Loubet -Resp. carrière & emploi etp